Octobre 2007 - n°13

Association marocaine de l’industrie pharmaceutique (AMIP)

Créée en octobre 1985 suite au regroupement d’une trentaine de laboratoires pharmaceutiques, l’Association Marocaine de l’Industrie Pharmaceutique (AMIP) est une association professionnelle à but non lucratif dont la mission est d’assurer l’amélioration de la santé au Maroc, en particulier par le biais du médicament.

26 ans d’existence déjà ! L’AMIP a vu le jour en réponse au besoin de doter l’industrie pharmaceutique marocaine d’un cadre de rencontres et de débats, et pour représenter et défendre les intérêts de la profession auprès du ministère de tutelle, en concertation avec l’ensemble des partenaires, publics, privés ou étrangers. Centre d’informations et de soutien pour tout investisseur national ou étranger, l’AMIP est structurée en différents bureaux et commissions, notamment le bureau national dont les membres sont renouvelés tous les deux ans.

Les missions

Acteur stratégique de la politique de développement durable du Maroc, l’industrie pharmaceutique marocaine remplit une mission sociale et économique de grande importance : elle rend disponible, à de larges franges de la population marocaine, des médicaments efficaces et de qualité à même de traiter toutes les pathologies. Avec des investissements permanents dans la qualité, la formation, le social, l’aspect technique, financier, juridique, fiscal, douanier et, récemment, dans l’écologie, l’industrie marocaine confirme la spécificité citoyenne qui fait sa force.

Les objectifs

Les objectifs de l’AMIP sont multiples : de la défense des intérêts économiques des membres à la promotion des liens de confraternité au sein de la profession et à l’égard des autres partenaires médicaux. L’association contribue à encourager le respect des règles et des lois régissant la profession et participe à l’amélioration de la santé au Maroc. Parallèlement, l’AMIP se propose d’assister les adhérents, notamment au niveau de la documentation et de la diffusion d’informations. Disponible pour collaborer avec les pouvoirs publics sur toutes les questions afférentes au secteur, l’AMIP s’engage à développer des relations avec les groupements et associations nationaux ou étrangers.

Les partenariats

L’AMIP entretient des relations avec de multiples organismes nationaux, étrangers, régionaux et internationaux.

Partenaires nationaux:
• Fédération de la Chimie et de la Parachimie - FCP
• Union Marocaine de la Qualité - UMAQ
• Groupement Interprofessionnel d’Aide à la Décision GIAC 1
• Confédération Générale des Entreprises Marocaines - CGEM
• Conseil National du Commerce Extérieur -CNCE
• Centre Marocain de la Promotion des Exportations - CMPE
• Association Marocaine des Exportations -ASMEX
• Service de Normalisation Industrielle Marocaine - SNIMA.
• Centre Marocain de Production Propre – CMPP
• Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat


Partenaires étrangers:
• IFPMA: Fédération Internationale de l’Industrie du Médicament - Genève -Suisse
• LEEM: Les Entreprises du Médicament ex SNIP France.
• CNIP : Chambre Nationale de l’Industrie Pharmaceutique -Tunisie
• Institut de la Garonne - France

Les actions déjà réalisées

Parmi les plus importantes actions réalisées, on peut citer notamment :

- La mise en place de la procédure de destruction des déchets pharmaceutiques: Le développement du secteur pharmaceutique durant les dernières décennies a engendré une augmentation de la quantité des produits et donc des déchets, surtout dans la région de Casablanca qui concentre prés de 90% des unités de fabrication de produits pharmaceutiques. Devant cette situation, la Wilaya de la région du Grand Casablanca a fait appel à l’AMIP. En collaboration avec la préfecture de Sidi Bernoussi Zenata et après une étude menée par l’AMIP, il a été décidé de procéder à la destruction des déchets pharmaceutiques, selon des normes qui respectent la sécurité et la sûreté des biens et des personnes, à l’instar de ce qui se pratique dans les pays développés. Seule la destruction par co-incinération en fours de cimenteries est admise. Cette méthode, la seule alternative actuellement pour le traitement des déchets pharmaceutiques, permet de protéger l’environnement et la santé des citoyens.

- La déclaration environnementale précise les efforts réalisés par les laboratoires pharmaceutiques en matière d’environnement et fixe les lignes maîtresses d’une politique environnementale globale de l’industrie pharmaceutique sous l’égide de l’AMIP.

- La formation au sein de l’industrie pharmaceutique au Maroc : L’AMIP est convaincue que la formation, pour une meilleure qualification, est une priorité et nécessite une mobilisation constante. Dans le cadre de la collaboration de l’AMIP avec l’Institut de la Garonne- France, l’AMIP a lancé pour la première fois en 2003, pour ses membres, un programme de séminaires de formations relatifs aux métiers de la santé et du médicament. Plus de 300 cadres et techniciens ont bénéficié de ces formations de 2003 à 2005.

- La communication dans le cadre du programme d’appui aux associations professionnelles :
Pour élargir sa communication informative, l’AMIP a en effet réalisé des plaquettes en arabe et en anglais, un mémento et un film institutionnel sur l’industrie pharmaceutique, un CDROM sur les textes réglementaires relatifs à l’industrie pharmaceutique et une étude sur les incidences de l’AMO sur le médicament.

L’industrie pharmaceutique et la recherche scientifique au Maroc

L’AMIP est fermement engagée dans une large réflexion relative au développement du secteur pharmaceutique. Elle souhaite partager ses préoccupations avec ceux que la problématique du médicament interpelle. De cette volonté est né le projet du «Prix AMIP».L’objectif assigné à ce prix est d’encourager la réflexion relative à l’ensemble des questions afférentes au médicament. Il s’agit donc de promouvoir des travaux réalisés au Maroc et traitant un des multiples aspects liés au médicament.

Les performances de l’industrie pharmaceutique marocaine ainsi que son niveau d'expertise sont désormais reconnus par l'Organisation Mondiale de la Santé. Le Maroc occupe actuellement la deuxième position sur le continent africain, derrière l’Afrique du Sud, et l’OMS classe le Royaume dans la zone Europe en matière de qualité et de process de fabrication.

Cependant, beaucoup reste à faire : il faut aujourd’hui relever le défi de la mondialisation et assumer les conséquences de l’ouverture et de la compétitivité. Regroupements, fusions, absorptions, prises de contrôle, concentrations verticales et horizontales sont les maîtres mots du contexte économique actuel. Du travail en perspective pour l’AMIP…

M.ZAGHLOUL

Retour